vendredi 28 novembre 2008

Japon 60

Je retourne m'asseoir et passe le relai du pouce a Milena. Le temps de se tourner face aux voitures que la premiere s'arrete. Deux dames de la cinquantaine en descendent et ouvrent le coffre pour nous accueillir, sans meme prendre la peine de nous demander notre destination. La premiere question sera : "vous dormez ou ce soir ?", suivit directement de "vous pourriez dormir a la maison par exemple !"... il est 11h30
Nous avions prevu de nous arreter a Nagasaki (beaucoup plus au nord), mais ce genre de proposition ne se refusant pas, nous laissons tomber nos plans et entrons dans la voiture le sourire aux levres. Le soleil est haut, la journee prometteuse. Le temps de passer a un petit pavillon a 1 etage pour y laisser nos sacs et l'une des deux soeurs faire le menage, nous repartons aussitot vers la montagne et les onsen. Au lac, les cygnes et canards sauvages se bataillent la proximite des visiteurs. Le vent n'est ni trop fort, ni absent, juste ce qu'il faut pour noter sa presence. Nous faisons le tour pour admirer le paysage sous tous les angles avant d'aller nous rechauffer dans les bains chauds.
Sur le chemin du retour, nous nous arreterons faire des courses pour le repas du soir. Poissons, legumes... Depuis 16h Milena passera son temps a la cuisine afin d'apprendre a preparer en compagnie de Yuuko (notre hote) les sashimi, tempura, et autres mets delicieux... quand je tiendrais compagnie a Oto-san (papa) le mari, pas tres causeur mais franc sourieur. Le repas se deroulera dans une abondance de nourriture presque aussi imposante et delicieuse que tumultueux ! Leur chien labrador de 1 an bondit a qui mieux-mieux pour s'attirer la faveur d'un regard et, qui sait, recuperer un sashimi !
A 19h30 les invites arrivent. La maison fait aussi office, dans le deuxieme salon, de hall de repetition a la chorale du village. Bien-sur nous sommes convies a nous y joindre (c'etait peut-etre la tout l'interet de notre presence) et apres quelques rires finiront meme par prendre part aux chants. Apres une heure, le piano cesse et tout le monde se regroupe autour de la table centrale en deballant gateaux, douceurs et confiseries tout en nous harcelant de questions. Pourquoi ? Depuis quand ? De ou a ou ?...
Quand tout le monde est parti, Yuuko et sa soeur Yoshiko decident ensemble de nous offrir l'un des kimono familial. Et la parade commence, Milena se retrouve comme une poupee entre leurs mains alors que des armoires debordantes de papier de soie sont ouvertes et etalees au sol, au milieu de nos exclamations ! Du fil d'or, de la soie de chine, du blanc sublime... Pendant que je reste ebahi au fond de mon canape, Milena me presse de prendre plus de photos, de fixer plus d'image...
Quand, apres un petit dejeune, nourrit de poissons volant, nous reprenons la route plusieurs heures dans la voiture d'Oto-san, et que nous nous retrouvons 150km plus loin en train de tendre le pouce sur le bord de la route; nous nous regardons et nous demandons ce qui a bien pu se passer entre ces deux pouces tendus au dessus de l'asphalte. Ce recit est celui qui nous a semble le plus probable !