mercredi 5 novembre 2008

Japon 56

Apres une bonne semaine de repos chez notre amie Lucile a Tokyo, nous avons repris la route vers la peninsule d'Izu connue pour ses plages de sable blanc (rares au Japon). Pres de Shimoda, une plage qui porte le nom de Shirahama (plage blanche... c'est pas l'imagination qui regne) nous apporte une brise de bonheur apres un mois de voyage au nord de l'ile. L'eau est encore bonne malgre le fait que nous soyons deja au mois de novembre. Les surfeurs attendent avec impatience la vague sur une mer d'huile, et nous, les yeux plantes sur l'horizon, le sac encore sur le dos, nous goutons au bonheur d'etre la. Apres que la nuit soit tombee, nous plantons la tente dans une crique decouverte auparavant et d'ou nous ecouterons danser les vagues toutes la nuit vu que le sommeil ne viendra pas. A l'aube, le sac deja packe nous nous remettons a regarder l'horizon en devorant notre petit dejeuner... sur la plage quelques dormeurs saouls de la veille sont encastres les uns dans les autres pour se tenir chaud... plusieurs bouteilles de sake temoignant de leur nuit precedente.
Nous serons pris en stop afin de remonter vers Shuzen-ji (au centre de la peninsule) par un couple de chasseurs, eux aussi en vacances ! Nous serons toujours emerveilles par la beaute des paysages japonais, tout autant que par la faculte de ce peuple a l'enlaidir par tous les moyens... Au beau milieu de la montagne, alors que nous nous delections les yeux, la route monte en spiral, se detachant de la montagne pour monter dans le vide... comme deux etages au-dessus. On dirait le genre de colimasson que l'on voit dans les garages a voitures d'enfant... une veritable horreur sortie de nul part, permettant a la route de reprendre son train quelques trente metres plus haut ! A Shuzen-ji, la premiere impression desagreable laisse rapidement place au ravissement d'un joli petit village, a mesure que nous avancons. Au centre, un vieux onsen en plein air ou il y a tres peu de temps encore (lonely planet 2005) les gens se baignaient nus et ou les touristes qui s'y essayaient, devenaient de veritables attractions ! Mais aujourd'hui, les gens n'y baignent que leurs pieds... et vu la temperature de l'eau, on se demande comment quelqu'un a jamais pu s'y rendre jusqu'a la taille...
Fuji ! Nous n'avons jamais vraiment voulu en faire l'ascension, malgre le symbole, pour plusieurs raisons : la saison ouverte ne dure que 2 mois (en plein ete), c'est une veritable queue leu leu de se rendre a son sommet, et tout le long, roquailles roquailles roquailles... mais bien plus important, d'en haut du mont Fuji, on voit de tout... sauf le mont Fuji... et le plus grand interet de celui-ci est bien c'est de l'admirer... Alors depuis Shuzen-ji nous voila reparti, et pile au bon moment pour croiser la route de Shinnosuke... Cette rencontre devait etre le destin puisque Shinnosuke c'est aussi le prenom de Crayon Shin-Chan... le heros de mon dessin anime prefere ! Shin-san nous prendra en affection et finira par nous amener jusqu'a Hakone ou nous visiterons ensemble le pourtour du lac, avant de nous laisser a regret planter la tente... il nous aurait presque accompagne dans la suite de notre voyage. Le bateau pirate, cheap, certes, mais pirate quand meme, est dans notre ligne de mire avec derriere lui un Fuji Yama fantome dans le crepuscule. Nous dinerons sur deux sieges trouves la, face au lac, avant de nous effondrer dans nos sacs de couchage.
Hier, apres un gentil otaku et un couple de septagenaires poetes qui nous offrirons une petite viree en voiture, nous nous retrouverons face au parc d'attraction Fuji Q Highland... que j'avais tant envie de faire... mais les finances ne le permettant pas, nous prenons la route direction Kawaguchi-ko, le lac le plus important dans lequel le Fuji se reflete quand il ne se fait pas timide. Nous y trouvons un immense resort... sur tout le pourtour du lac... que des hotels... le seul camping est ferme, et nous prendrons la resolution de nous soucier du probleme quand nous aurons sommeil. Un peu plus loin, une petite fete, dans laquelle se vendent des mets chauds, bat son plein et nous nous y reposons et restaurons alors que les japonais curieux viennent nous questionner et meme nous offrir des fruits (avions nous l'air si pouilleux?). Encore une fois, face au lac dans un parc ombrage, nous planterons notre tente, et savourerons un repos de guerrier. Au petite matin, C'est le fuji, sans sa calote qui nous saluera d'un oeil bien veillant. Quel plaisir que de laisser couler les heures matinales au gre des pages d'un bon livre face a un tel spectacle.
Aujourd'hui nous avons atteint Matsumoto dans le departement de Nagano. La ville est agreable et sert d'ecrin a l'un des quatre plus beaux chateaux du Japon. Nous le visiterons demain, car a l'heure de notre arrivee, (16h30) tout ferme deja... 21h41 sonne a la pendule et nous reprenons nos sacs a la recherche d'un endroit ou passer la nuit (en ville ce n'est jamais facile).
Je mettrai plus tard en ligne les photos de ces derniers jours. On garde bien en tete notre petite devise, une rencontre exceptionnelle par jour, tout en n'oubliant pas de remercier l'univers pour toutes les doses de bonheur qu'il nous fournit !

2 commentaires:

PERRAULT a dit…

Dommage que vous n'ayez pas pu voir le parc d'attraction Fuji Q Highland, faute de moyen.... Je vous met un petit peu de sous sur ton compte.
Super lecture sur le Fuji!!! Bravo et bonne suite de voyage
Gros bisous
ppa

keveen Gabet a dit…

tout mon amour pour votre route....votre frere

keveen